Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

"Se poser les questions, mais autrement..."

"Les lavant deux fois par heure et trente secondes à chaque fois, je n'ai jamais eu les mains aussi propres qu'en ces jours de solitude. Et pourtant, malgré la propreté de mes mains, je dois bien être responsable de quelque chose. Lady Macbeth sans le savoir. Mais alors, quelle est cette tache qui ne s'en va pas et que je n'ai de cesse de frotter? Quel crime ai-je commis? Quel roi ai-je égorgé? A moins que, à l'image de mon époque, je ne sois rien d'autre qu'un de ces milliers de Ponce Pilate, autre personnage obnubilé par la propreté de ses dix doigts, qui se demande bien en quoi cela peut le concerner. En ce cas, qu'est-ce qui, en me lavant les mains, risque aujourd'hui d'être mis à mort? Quel Christ j'envoie à sa crucifixion? Qu'est-ce qui est sublime et qui meurt? Qu'est-ce qui s'en va? Quel esprit de la forêt déserte le monde? De quoi dois-je dès à présent faire le deuil? L'insouciance? Il y a deux semaines, je ne peux pas dire que je me sentais insouciant. Climat, incendies, violences envers les femmes, libéralisme... Si le monde que je quitte par le confinement était celui-là, pourquoi désirer la fin de ce confinement au plus vite? Pour retrouver quel monde? Entre un monde qu[i m'écrase et celui qui aujourd'hui me statufie, comment ne pas rester hébété et sans réponse à cette question: quoi faire de ce confinement?
[...]

Se poser les questions, mais autrement, comme ceci: lorsque la peste s'était abattue sur Thèbes, Oedipe dépêcha un messager pour demander au dieu Apollon la raison de ce malheur et ce qu'il fallait faire pour que la cité soit sauvée. Oedipe ignorait encore qu'il était à la fois le mal et le remède. La peste alors ne frappait que Thèbes, elle était circonscrite uniquement à Thèbes et au malheur des Thébains. Que nous répondrait aujourd'hui Apollon si, dépêchant un messager à son temple, on lui demandait la raison de nos malheurs? Quel message nous renverra-t-il, sachant que cette fois-ci notre mal circonscrit l'ensemble du monde, le nord autant que le sud, l'est autant que l'ouest? Que nous dira le dieu archer? Quelle imprécation, quel crime caché jamais résolu faut-il élucider? Quelle responsabilité nous demandera-t-il d'éclairer? La résolution du virus serait-elle définitivement dans la solution qui nous permettra d'entrevoir une manière nouvelle, plus ajustée de vivre ensemble? Est-ce que le dieu Apollon nous dirait quelque chose d'aussi inaudible à nos oreilles que redonner la part de vie au vivant à qui vous l'avez dérobée?"

Wajdi Mouawad


Écrire un commentaire

Optionnel