Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

écrire ou pas

  • --

    Je vois à peu près ce qu’est un data-analyste, quelque chose comme un expert ès interprétation des données massives collectées par une société dont les intérêts financiers dépendent de la compréhension des usages de ses clients. Je vois bien ce qu’est une grosse base de données, quelque chose comme un immense fichier avec mille et une lignes et colonnes et encore mille et une cases au carré qui restent muettes jusqu’à ce qu’un expert les rende intelligibles grâce à quelque manipulation informatique somme toute basique mais qui fait de lui un conseiller indispensable des grands de ce monde. Je vois tout à fait ce qu’on caractérise comme comportement moyen d’une catégorie d’individus représentant certaines habitudes d’achat, d’actions récurrentes, de vociférations sur les réseaux sociaux par exemple, et l’on sait maintenant qu’un candidat à la présidence de la république a tout intérêt à s’appuyer sur le travail des datas-analystes s’il veut sérieusement parvenir à ses fins de gestion quinquennale des affaires de l’état.

    Je pense être assez lucide sur ma situation de réfractaire ayant renoncé depuis plus d’un lustre à donner ma voix à l’un ou l’autre des candidats à l’administration des dossiers du pays, considérant que la démocratie telle que nous la pratiquons n’est qu’un mot qui nous est servi dans quelques formules prêtes-à-dire, paroles gelées et bien gelées. Je reconnais que je ne me suis pas encore suffisamment retiré du monde, même si j’ai renoncé à la viande et presque complètement au pi des vaches et au cul des poules, à l’industrie alimentaire qui est une machine à faire faillite pour les hôpitaux et une rente pour l’industrie pharmaceutique, au plastique jetable, aux mouchoirs en papier, à l’essence pas encore tout à fait, à la perspective d’une retraite complètement, je veux dire une retraite sonnante et trébuchante. Je suis étonné d’entendre ces drôle d’expressions de valeur-travail et de pouvoir d’achat dans les discours des hommes politiques, les commentaires des médias et les expertises des experts. Je suis étonné que les trois nouveaux smartphones d’Apple soient aussi plats qu’est ronde la terre présentée sur leurs écrans dans la vidéo sponsorisée à laquelle seuls quelques ermites ont peut-être échappé, qu’on continue de craquer les grains de blé pour en séparer les molécules avant de les expédier dans des usines de prêt-à-manger, que l’on castre chats et chiens pour notre tranquillité autant que pour leur soumission. Mais je continue de bien dormir, c’est une chance, jusqu’à demain.

  • Correspondance

    On conjecturait les raisons du retard, un passage à niveau bloqué, des animaux sur les voies, finalement on apprendrait que c’était un suicide. Un homme s’était assis en face de moi, je lisais un livre sur le Mal, il avait le jean le plus troué qu’il fût possible d’imaginer, troué, industriellement rapiécé et retroué, peut-être surtroué, rapiéçage de lambeaux, mèches difformes de fils de coton, un blouson rouge très rouge en cuir ou simili, des lunettes très à la mode mais d’épais verres de myope. Une jeune femme s’assit à côté de lui, nous étions trois maintenant, elle portait un t-shirt à l’effigie d’une chanteuse morte, très années quatre-vingts, mais je n’étais pas de la partie, je lisais, je n’aurais pas dû assister à leur rencontre. Ils parlèrent comme on peut parler entre inconnus quand le retard d’un train vous donne envie de parler au premier venu, à la première venue, il avait travaillé à peu près partout dans le monde, data analyste de profession, avait un fils de six ans, elle une petite fille, ils échangèrent les prénoms des enfants, et bien après les leurs, Wendy et Jean-Marc. Le train faisait un détour, je lisais que c’était maintenant ou jamais qu’on pouvait jouir de façon paisiblement destructrice des ultimes beautés du monde, et ils continuaient à deviser, elle ôta ses lunettes de soleil, le désir était évident, couple d’un retard, couple en retard, correspondance imprévue. Elle devait retrouver sa fille à l’arrivée, il avait eu un appel téléphonique, avait dit oui à tout à l’heure. Je ne sais pas ce qu’ils se dirent en se quittant ni s’ils échangèrent leurs numéros de téléphone, je n’étais pas si curieux, mais ils allaient bien ensemble, je puis l’attester.

  • EFFONDREMENT, subst. masc. I. AGRIC.

    Où l'on comprend que l'effondrement vient de l'effondrement.

    Pratiquer l'effondrement d'une terre, c'est la labourer profondément, et c'est aussi le résultat de cette action. C'est le premier sens du mot, nous apprend le Trésor de la Langue Française. Sens agricole.

    Je me suis promené dans les champs du village de mes rêveries enfantines. Le maïs était enraciné dans une substance qui n'était pas de la terre, quelque chose de gris, sans herbes, sans insectes, sans relief ni vie. Si nous ne nous sommes pas encore effondrés, la terre, elle, si.

    Chez Furetière, un poids peut effondrer le plancher d'une chambre; la terre s'est effondrée: elle a fondu sous cette charrette! Quant à cet homme, il heurte si fort qu'il semble qu'il veuille effondrer la porte! Vider une volaille, lui ôter la poche, le gésier: en somme, l'effondrer.

    Nous sommes des hommes goulus et fort ventrus. Goulus de confort et ventrus d'objets inutiles: nous sommes, comme l'écrit Furetière, de gros effondrés. Et pleurerons-nous sur nos effondrilles?

    Quand le Trésor de la Langue Française se sera effondré, le Furetière restera consultable dans quelques bibliothèques.

    effondrement_furetiere.JPG